AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
MAJ terminée *-* Merci encore à tous pour votre fidélité <3

Partagez | 
 

 A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   Mer 13 Avr - 18:18

Posé dans la maison mère à fumer des clopes dans le garage en écoutant du bon vieux metallica, je reçois soudainement un sms du VP du club:
Réunion 21h00 QG
Putain de merde ça allait devenir une habitude de prévenir 30 minutes avant ou quoi?
J'éteins la musique, j'enfourche ma glide et me dirige vers le QG, ayant plus ou moins en tête le motif de la réunion.
J'arrive là-bas et gare ma bécane alignée par rapport aux autres Je descends et salue d'un signe de main les quelques prospect déjà dehors en train de garder les bécanes du président, Du vice président et de quelques membres déjà sur place. Je pousse la porte et sort un petit:
-Alors les tarlouzes on a besoin de moi?
Certains membres rigolent de ma vanne  mais le président me dévisage d'un regard froid comme si le moment était mal venu. Je reprend un air sérieux et fais la bise à tout le monde présent sur place. -Ca va ma couille? Fis-je à l'un, -Quoi de neuf  l'asticot? à un autre fraichement entré dans nos effectifs, ou encore -Du nouveau Reaper? en m'adressant à un autre membre l'appelant par son surnom fièrement brodé sur l'avant de son cuir, surnommé comme ça parce qu'il avait fauché un piéton en bécane ce fou.  Au moment de saluer le vice président je reçoit une tape fraternelle dans le dos comme pour me rassurer et enfin mon cher président qui me fait la bise l'air vraiment concentré, il est souvent comme ça pendant les réunions mais là je le trouvais vraiment inquiet.
Je remarque qu'il manque zakk et max. Il est encore assez tôt et max avais sûrement du taf au born to lose donc je ne me faisait pas plus de soucis. Je ressort rapidement pour dire au prospect qu'une réunion allait débuter et qu'absolument personne d’extérieur au club ne devrait entrer sous aucun prétexte jusqu'au terme de cette dernière. Je rentre à nouveau et m'assois sur une de ces chaises autour de la table où les réunions se faisaient souvent et sort un gros cigare de mon cuir, chose qui était systématique à chaque réunion. Les lunettes retirées de mon nez, j'ai mis la branche gauche à l’intérieur de la poche avant de mon cuir, laissant le reste des lunettes dépasser, tenues pas la structure de la poche. En réunion tout se passe dans les yeux, le visage démasqué et le cigare entre les doigts, il ne me restait plus qu'à attendre que les autres arrivent pour traiter du sujet. Un membre s'installe à mes côtés en m'apportant une bière et on commence à discuter tranquillement de nos vies respectives, apparemment son ex femme aurait déménagé, c'est plutôt cool ça lui fera moins d'emmerde, ça me fait plaisir de pouvoir écouter mes membres, après tout c'est mon rôle. En terme de petit soucis le club se porte bien mais c'est en terme de gros soucis avec de gros ampleur que la question est plus difficile, je suis persuadé que c'est le sujet qui va être traité aujourd'hui. En train de siroter ma petite bière que le membre m'a apporté je suis dans ma bulle mon univers, au milieu de tout mes frères.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
vice president

✝ âge : 34.
✝ emploi : Propriétaire du club de box.
✝ statut : Éternel célibataire.

✝ rp : disponible

✝ crédit & avatar : Travis Fimmel - january blues.

MessageSujet: Re: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   Jeu 14 Avr - 16:40


A MEETING FOR THE DESTINY

OF EDGEWOOD

jordy, max & zakk


C’est la tête remplie de Naya, de Sinaola et de bouleversement prochain qu’il arrive au QG du club – à peine dix minutes avant que la réunion ne débute. Il n’avait pas prévu de perdre autant de temps. Il pensait même arriver plusieurs heures avant le moment décisif, histoire de bricoler sur sa bécane tout en réfléchissant. Mais les retrouvailles avec Naya, la femme qui avait changé sa vie à jamais, lui étaient tombées dessus sans qu’il puisse s’y attendre. Qu’il soit déboussolé et légèrement perdu n’était pas surprenant – du moins Max le comprendrait directement. Et sans doute quelques autres membres du club, même si personne n’oserait l’emmerder sur le sujet. Il était plutôt grognon et impulsif quand on évoquait « Naya » et ce qu’il avait pu ressentir pour la jeune femme. Il était passé à autre chose – merde – et il comptait bien continuer ainsi. « On n’croyais plus t’voir arriver, Zakkou, y a un blème ? » qu’il entend l’un des prospects lui balancer. Il aurait habituellement répondu sur un ton humoristique en sous-entendant certainement que les femmes demandent du temps, de la patience et que celle qui l’avait retenu méritait bien son petit retard. « Fais pas chier, Garrett. Ou je te fous ta tronche de dégénéré dans les chiottes. » C’était clair. Le dit-Garrett ria sous cape, mais il n’en rajouta pas pour autant. Zakk était quelqu’un de drôle et de cool. C’était un blagueur invétéré et quelqu’un qui ajoutait toujours une note d’humour dans les pires situations – histoire de donner du courage ou de détendre l’atmosphère même quand ça semblait impossible. Alors quand il n’était pas d’humeur à rire – ce qui était rare – personne ne s’aventurait à le titiller plus qu’il ne le fallait. Et ça lui convenait parfaitement. Sans un regard en arrière, il pénétra dans les locaux et lança quelques regards autour de lui, cherchant Max des yeux. Il n’aurait pas eu besoin de lui parler, son frère de cœur aurait vite compris ce qui se tramait dans la tête et dans le cœur de son meilleur pote. Mais il ne l’aperçut nulle-part et décida qu’il y avait un temps pour tout. En l’occurrence, il était temps de poser ses fesses autour de la table et de parler de choses sérieuses.

« Zakk. » Il se retourna et fixa son paternel – VP des Crowbar depuis presque toujours – une vingtaine d’années tout de même – et lui serra la main. Il n’y avait pas d’accolade entre eux. Non pas parce qu’ils ne s’aimaient pas, mais bien parce qu’ils préféraient garder cette pudeur pour eux. « L’heure est grave pas vrai ? » demanda-t-il pour la forme. Son paternel ne répondit pas, excepté une petite mimique qui voulait tout dire : tu n’as pas idée, fiston. Alors il pénétra dans la salle de réunion et, par ce fait, oublia tout des deux dernières heures. Des sourires, des mains serrées, des accolades chaleureuses. Il avait connu des mésententes avec la plupart de ses frères, mais jamais aucune n’avait mené à une rivalité ou un véritable problème au sein du club. C’était comme ça que ça marchait. Ils pouvaient tout se dire, critiques comme compliments, sans que cela n’affecte une quelconque relation. Est-ce que cela était sur le point de changer ? Il l’ignorait, mais il espérait bien que non. « Manquait plus que toi, Zakk. Allez, installe-toi et ouvrez bien vos oreilles. Ce soir, on discute de choses sérieuses. » Non pas qu’ils ne discutaient jamais de choses sérieuses. Mais le ton était donné. Ce soir, aucune plaisanterie ne pouvait être tolérée. Zakk ne se sentait pas d’humeur à plaisanter quoiqu’il en soit. Le Président – descendant direct de ce même homme qui avait créé leur club des décennies auparavant – était respecté de tous et n’avait jamais eu à prendre de décisions extrêmes pour le club. Ce soir, il semblait sérieux. Il semblait soucieux. Il semblait perdu. Et c’était sans doute ça le plus dérangeant et le plus troublant aux yeux de Zakk. Il savait la situation précaire, mais il n’avait pas mesuré à quel point. « Des décisions vont être prises. Des choix vont devoir être faits. Et quoiqu’il arrive, le club en sortira changé ce soir. J’imagine que vous vous en doutez tous, » ajouta-t-il, suivi de plusieurs murmures affirmatifs. « On a un gros problème. Un gros problème de taille. Un problème qu’on a trop laissé de côté pendant trop longtemps. Et on est en train de le payer plutôt cher. Et de toute évidence, si on ne réagit pas, personne ne le fera. Les mexicains ont envahi notre territoire et notre ville. Ils imposent leurs lois, leurs trafics et terrorisent tout le monde. Je ne peux tout bonnement pas l’accepter et les laisser faire. »

Le sujet était lancé. Il n’y avait plus qu’à écouter et attendre la ou les propositions que le Président ne manquerait pas de faire.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lastroadtohell.1fr1.net/t319-zakk-dixon-travis-fimmel-cro
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   Jeu 28 Avr - 11:03

Il s’était réveillé avec un mal de crâne énorme comme si un CD de drum & basses tournait à plein volume dans sa tête. Il était en sueur, un filet de bave à la commissure des lèvres et une haleine à faire pâlir le mec le plus crade au monde. Il avait des relents de bière et de nourriture épicée. Il se souvenait vaguement d’une soirée agitée dans un bar, un truc monstre. Et maintenant il avait une gueule de bois énorme. Il avait une sorte de trous de mémoire. C’était gênant, mais ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait. Il était amateur de ces beuveries jusqu’au levé du jour, sauf que pour lui ce n’avait jamais été par pur amusement, c’était salvateur. Il se savait grandement dépendant à l’alcool et il n’avait trouvé que faire la fête pour palier à cette addiction. Il détestait boire tout seul c’était d’ailleurs pour ça que chez lui il n’y avait jamais d’alcool. Mais il n’était pas dupe il était totalement accro mais avait juste assez d’amour propre pour ne pas consommer en solitaire. Parfois il se maudissait d’être aussi faible, lui qui essayait au plus de cultiver une aura de bad boy et de dure à cuir. Mais il se souvenait aussi dans ces moment-là qu’il avait déjà tant lutté pour se débarrasser de sa dépendance aux drogues. Toujours étant qu’il avait de plus en plus de mal à assumer le réveil, il mettait ça sur le compte de la vieillesse et d’une vie passée à faire des excès en tout genre.

Il s’appuya sur les coudes pour se redresser et se massa les tempes. Il se souvint vaguement d’une rencontre avec une fille dans le bar, une blondasse pas si belle que ça. Il jeta un coup d’œil à côté de lui. Non cette fois il n’avait ramené personne chez lui pour partager le tourment de ses nuits. Il était rassuré. Il se voyait mal expliquer une nouvelle fois que ce n’avait été que l’affaire d’une nuit et qu’il n’allait jamais remettre le couvert et encore moins construire une relation tangible et faire une tripotée de lardons. La plupart du temps les filles qu’il ramenait étaient toujours en phase avec ses dires mais il était tombé sur des cas spéciaux.

Il décida enfin de se lever et vit la pièce autour de lui tourbillonner. Il tituba sur quelques mètres et eut un haut le cœur. Décidemment il vieillissait. C’était affolant pensa-t-il. Il consulta son téléphone : 20H00. Il avait vraiment dormit autant de temps, presque 12 heures. Il checka ensuite ses messages, des collègues qui lui proposaient une énième beuverie et un message du QG. Réunion 21H00. Bordel la prochaine fois il penserait à prendre un réveil. Il ne lui restait plus qu’une petite heure pour se préparer et tenté de cacher au mieux sa gueule de bois. La plupart des bikers le savait alcoolique mais il se voyait mal se pointer dans un état catastrophique à une réunion du gang qui semblait d’or et déjà importante. Le message était solennel, clair, avec aucune fioriture qui laissait envisager une nuit de débauche et d’alcool avec les membres.

Alors il réunit ses vêtements et s’habilla prestement, un jean troué et un t-shirt gris tout aussi miteux. Il n’accordait pas beaucoup d’importance aux vêtements qu’il portait, le plus important restait le manteau en cuir qui le conditionnait et montrer son appartenance au gang. Le reste était totalement accessoire, dans tous les cas la plupart du temps il se retrouvait couvert de cambouis à cause du boulot qu’il faisait. Mécanicien ce n’était pas le plus recommandé pour rester clean. Il pénétra dans la salle de bain et se regarda dans le miroir. Une barbe mal taillée, des cheveux en bataille et surtout de long cerne qui lui entourait tout le bas de l’œil. Décidemment il n’était pas au mieux de sa forme. Il renonça à essayer d’arranger sa tronche et enfila son blouson en cuir. Il consulta de nouveau l’heure, 20h10. Pour quelqu’un aussi ravagé que lui c’était un exploit de se préparer aussi vite. Il avait fait des progrès.

Il enfourcha sa moto et démarra en trombe. Les paysages défilèrent tout autour de lui et 20 minutes plus tard il arriva devant le QG. 20h30. Pour une fois qu’il n’était pas en retard, c’était tellement étonnant qu’il devinait déjà les remarques que lui ferait les autres « alors mon gars on se décide enfin à sortir sa montre et à la pointer en face de ses yeux ? ». Des membres étaient déjà arrivés, il reconnut la bécane du président et de vice-président mais ne vit pas celle de Zakk. C’était assez étonnant lui qui pensait toujours arriver plusieurs heures avant le début d’une réunion. A moins qu’il se soit décidé à venir à pied. Tyler se mit à rire intérieurement. Ce qu’il venait de penser était totalement improbable. Un biker qui se respecte préférerait toujours prendre sa bécane même pour un court trajet plutôt que de venir à pied. Non il devait être sûrement occupé avec une énième fille.

Il poussa la porte et entra dans le QG. Tyler salua les quelques membres présent ainsi que le président des Crowbar et s’installa sur une chaise autour de la grande table qui servait pour les réunions. A ce moment-là il oublia ses préoccupations, les filles, sa gueule de bois qui avait du mal à passer et se concentra. Attendant patiemment que la réunion commence. Désormais il était en communion avec les autres biker, prêt à s’abreuver des paroles du président, car à l’air que celui-ci arborait il savait désormais que l’heure était grave et que la réunion d’aujourd’hui était de la plus haute importance. Il en devinait déjà le sujet, les Sinaloa probablement. Ça faisait depuis trop longtemps que la situation trainait avec ces Chicanos. Vingt minutes plus tard Zakk arriva enfin, l’air préoccupé, presque déboussolé. La réunion pouvait enfin commencer.

« Manquait plus que toi, Zakk. Allez, installe-toi et ouvrez bien vos oreilles. Ce soir, on discute de choses sérieuses. »


Sa-y-est le président venait d’écarter les derniers doutes de Tyler. L’heure était belle et bien grave.

« On a un gros problème. Un gros problème de taille. Un problème qu’on a trop laissé de côté pendant trop longtemps. Et on est en train de le payer plutôt cher. Et de toute évidence, si on ne réagit pas, personne ne le fera. Les mexicains ont envahi notre territoire et notre ville. Ils imposent leurs lois, leurs trafics et terrorisent tout le monde. Je ne peux tout bonnement pas l’accepter et les laisser faire. »

Bingo. La réunion traitait bien de ces mexicains. De ces nuisibles qui s’était installés dans la paisible ville et qui avait fini peu à peu par s’imposer. Parasitant leur réseau et s’appropriant peu à peu les territoires, devenant au fur et à mesure plus puissant que les Crowbar. Mais en y repensant ce n’était pas aussi étonnant, les Crowbar avait toujours essayé de rester dans la légalité du moins jusqu’à qu’ils établissent un pacte avec la mafia Irlandaise à la suite de l’escorte de Neil. Alors que les Sinaola n’hésitait pas à se salir les mains. Tout leur pouvoir était basé sur des activités illégales notamment le trafic de drogue et la prostitution. Mais Tyler ne pouvait que comprendre pourquoi ils avaient laissé de côté ce problème. Ils avaient mis tant de temps pour se faire accepter auprès des citoyens lambda et de la police que tout leurs efforts ne pouvaient être ruinées aussi vite à cause d’une guerre de gang. Mais la donne avait changé et l’enjeu était désormais plus fort que leur propre sécurité. Alors il attendit la suite se savant prêt à se salir les mains -quitte à mettre un autre pied dans l’illégalité et à atteindre un point de non-retour- pour protéger le gang. Comme tous les autres membres, car il n’était pas simplement un nom sur un blouson mais une véritable famille, une véritable entité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
member

✝ âge : 34.
✝ emploi : Propriétaire du Born to Lose.
✝ statut : Marié.

✝ rp : disponible

✝ crédit & avatar : wiise - Tom Hardy.

MessageSujet: Re: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   Lun 2 Mai - 14:11

Comme tout le monde, un peu plus tôt dans la journée, Max avait pris connaissance de l’article signé Taylor Richardson, qui mettait en valeur le dernier méfait public du gang des latinos, les Sinaola. C’est Louisa qui lui avait secoué le journal sous le nez au réveil, en l’accompagnant d’un café fumant, avant de lui lancer un « bonne journée » et de l’embrasser sur la joue. A peine réveillé, voilà qu’il avait de la lecture et son épouse qui lui glissait entre les mains pour déjà s’en aller au travail. Il n’avait pas eu le temps d’ajouter quoi que ce soit, ses yeux s’étaient posés sur le gros titre de la première page du Edgenews. « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? » avait-il marmonné en saisissant le papier.
La suite de la lecture l’avait fait longuement soupirer, et réfléchir. Il s’attendait à ce qu’il y ait des réactions de la part de ses frangins premièrement, mais aussi des habitants d’Edgewood, qu’il connaissait très bien. Il avait bu son café d’une traite, s’était douché, habillé et était directement allé voir Maria. Après tout, c’était sa nièce la victime dans tout ça et Max était très proche de cette commerçante établie depuis toujours et la gosse était une fille bien. Il ne comprenait pas très bien et plutôt que de s’enflammer, il avait préféré aller voir si la famille avait besoin d’aide, savoir ce qu’elle souhaitait également. Ils étaient les premiers concernés et il fallait savoir de quoi il en retournait avant de se jeter dans la gueule du loup comme il pressentait que ça allait se passer.
Plus tard dans la journée, il avait eu le temps d’avoir Zakk au téléphone, d’échanger quelques mots mais l’un comme l’autre savaient que ça n’allait pas en rester là. Beaucoup allaient crier vengeance, tandis que le barbu estimait qu’il fallait d’abord réfléchir et laisser faire la loi et les hommes qui étaient élus officiellement pour ça.
Il avait passé la fin d’après-midi à son travail et sur le coup des 20h, avait laissé la boutique à son équipe pour se rendre directement au QG des Crowbars et attendre que la réunion ait lieu. Il était allé fumer quelques clopes, à l’écart de tous après les avoir salués. Il ne souhaitait pas commencer à entrer dans les discussions qui allaient forcément aborder le sujet du jour, car la discussion serait bien assez longue en réunion. Il laissa un message à Louisa, la prévenant qu’il risquait de rentrer tard, et qu’il aurait certainement besoin de discuter en rentrant. Elle était assez liée au club pour qu’il puisse lui parler de tout. Elle faisait également partie de la famille après toutes ces années passées auprès de ces blousons de cuir. Il alla ensuite s’installer dans la salle, et resta silencieux jusqu’à ce que Zakk finisse par fermer le cortège en arrivant dans la salle de réunion. Il lui fit un bref signe pour le saluer alors que le président venait de parler. « Manquait plus que toi, Zakk. Allez, installe-toi et ouvrez bien vos oreilles. Ce soir, on discute de choses sérieuses. » Max s’enfonça un peu plus dans sa chaise, attendant la suite. « On a un gros problème. Un gros problème de taille. Un problème qu’on a trop laissé de côté pendant trop longtemps. Et on est en train de le payer plutôt cher. Et de toute évidence, si on ne réagit pas, personne ne le fera. Les Mexicains ont envahi notre territoire et notre ville. Ils imposent leurs lois, leurs trafics et terrorisent tout le monde. Je ne peux tout bonnement pas l’accepter et les laisser faire. » Max regardait le Président, le visage fermé, soucieux de la suite qu’il allait annoncer. Il craignait le pire. Puis il posa ses yeux sur Zakk, cherchant à savoir lequel allait l’ouvrir le premier. Mais le vieux continua. « C’est pour cela que je vous ai réunis ce soir. Il faut que nous sachions dans quoi nous mettons les pieds, jusqu’où cela peut aller une fois que nous aurons réellement les Sinaola en tant qu’ennemis. C’est notre ville et nous devons la défendre, elle et ses habitants. » Max s’alluma une cigarette, et tira deux bouffées dessus avant de ne plus pouvoir retenir ce qu’il avait à dire, son avis. « Je suis allé discuter avec Maria, après tout, c’est sa famille qui a été victime, hier soir, des Sinaola, et j’ai pensé qu’elle serait l’une des mieux placés pour savoir ce qui doit être fait, ou pas, ce qui doit être vengé ou non. Et par qui. » Un des membres commença à s’avancer pour parler, Max leva la main le pointant du doigt : « J’ai pas fini de parler. » Son regard se porta sur Tyler, Jordy, Zakk, Asher, et les autres. « Maria voudrait que ça se règle avec les autorités qui ont le pouvoir légal de faire quelque chose. Elle ne veut pas d’une guerilla en plein Edgewood pour venger sa nièce. Et moi non plus, je n’en veux pas. On a des flics ici, nous sommes en bons termes avec eux, et à l’heure actuelle nous sommes bien vus par la population. Qui sait ce qu’il adviendra si nous nous en mêlons trop ? J’ai eu toute la journée pour réfléchir, et personnellement, plus que la vengeance, la protection, la dissuasion, me paraissent être les meilleures choses à appliquer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   Mar 3 Mai - 14:21

Je m'était donc installé, à présent max était là, tyler aussi et juste à temps, l'arrivée de zakk annonça le début de la réunion car tout le monde était présent. La discussion ne tarda pas et c'est évidemment le président qui ne tarda pas à engager le débat en posant le sujet cartes sur table.On a un gros problème. Un gros problème de taille. Un problème qu’on a trop laissé de côté pendant trop longtemps. Et on est en train de le payer plutôt cher. Et de toute évidence, si on ne réagit pas, personne ne le fera. Les Mexicains ont envahi notre territoire et notre ville. Ils imposent leurs lois, leurs trafics et terrorisent tout le monde. Je ne peux tout bonnement pas l’accepter et les laisser faire. Chacun se regarde dans les yeux et le président enchaine:
C’est pour cela que je vous ai réunis ce soir. Il faut que nous sachions dans quoi nous mettons les pieds, jusqu’où cela peut aller une fois que nous aurons réellement les Sinaola en tant qu’ennemis. C’est notre ville et nous devons la défendre, elle et ses habitants. La salle était sombrement silencieuse, pas de réponse, combien de temps cela allait-il durer, il était temps que quelqu'un parle, et si personne ne le ferait alors j'ouvrirais le débat comme il le faut, je prends une bonne bouffée de ce bon cigare très goûteux et m'apprête enfin à parler quand j'entends enfin une réponse me couper dans mon élan mental, c'était max qui avait ouvert la discussion:Je suis allé discuter avec Maria, après tout, c’est sa famille qui a été victime, hier soir, des Sinaola, et j’ai pensé qu’elle serait l’une des mieux placés pour savoir ce qui doit être fait, ou pas, ce qui doit être vengé ou non. Et par qui. Débat lancé je reprends une latte de cigare et fait tomber la lourde centre dans un cendrier posé sur la table, un membre tente d'exprimer son avis mais max semblait bien lancé J’ai pas fini de parler.Lui rétorqua-t-il, ce qui eu pour effet d'effectivement faire taire le membre en question. Et là, il regarda droit dans les yeux tyler zakk et enfin, oui, il me fixa profondément avant d'enchainer : Maria voudrait que ça se règle avec les autorités qui ont le pouvoir légal de faire quelque chose. Elle ne veut pas d’une guerilla en plein Edgewood pour venger sa nièce. Et moi non plus, je n’en veux pas. On a des flics ici, nous sommes en bons termes avec eux, et à l’heure actuelle nous sommes bien vus par la population. Qui sait ce qu’il adviendra si nous nous en mêlons trop ? J’ai eu toute la journée pour réfléchir, et personnellement, plus que la vengeance, la protection, la dissuasion, me paraissent être les meilleures choses à appliquer.
C'était donc à moi d'enchainer sur mon avis et répliquer la phrase de max:
-Bien, ce qui est arrivé à maria est un fait, certes, elle veut que les autorités s'en occupe, certes, mais moi j'ai une question, est-ce que les autorités ont fait quoi que ce soit pour bloquer ces chiens jusqu'à présent? Pour l'instant, j'en ai pas l'impression, le osuth district est infesté de cette racaille de mexicain, on est plus chez nous les gars. Ok max on est bien vu par la populace, on a toujours voulu entretenir cette réputation mais trop bons trop cons, on se fait marcher dessus. Je regarde le président, comme pour lui adresser la parole, tout en continuant de m'adresser à tous,Je refume une bonne latte de mon cigare et continues:
-Si la voie de la protection et la dissuasion aurait marché jusqu'à présent, alors on aurait pas cette réunion et tout irait bien, sérieusement les mecs, on est bien vu par les citoyen mais on est devenu des guignols, on attend quoi? que ça nous tombe directement dessus, que l'un de nous se fasse buter? Moi je suis pour une manière plus radicale, je demande pas la guerilla mais juste qu'on arrête de nous prendre pour des mecs passifs et égoistes, cette ville c'est la nôtre, le président l'a dit à l'instant. J'était comme soulagé d'avoir mis mon opinion au clair, je n'attendais qu'à voir les réactions des autres membres, esperant qu'au moins l'un d'entre eux partagerait mon point de vue, si on ne faisait rien, ca allait vite dégénerer comme ça l'avait fait jusqu'à maintenant.
Après avoir exprimé mon opinion je jette un regard amical vers max afin qu'il comprenne qu'il ne s'agit pas là d'une attaque contre lui mais bien de mon opinion qui se heurte malheureusement à la sienne. J'était quand même outré qu'après le motif de la réunion, ce soit une solution passive et dissuasive qui soit exposée. En général en réunion c'est que c'est parti trop loin, et pour moi il ne fallait plus qu'on attende.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
vice president

✝ âge : 34.
✝ emploi : Propriétaire du club de box.
✝ statut : Éternel célibataire.

✝ rp : disponible

✝ crédit & avatar : Travis Fimmel - january blues.

MessageSujet: Re: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   Mar 3 Mai - 17:30


A MEETING FOR THE DESTINY

OF EDGEWOOD

jordy, max & zakk


Habituellement comique, il avait toujours la réplique pour détendre l’atmosphère et faire rire son public. Mais ce soir, rien ne prêtait à rire. Absolument rien. Ou tout, selon la perspective que l’on pouvait avoir des choses. A cet instant, il préférait se montrer silencieux, écouter et observer. Des choix décisifs devaient être pris ce soir, il en avait eu conscience toute la journée, encore plus lorsqu’il avait eu Max au téléphone pour échanger quelques impressions. Le club n’avait jamais été confronté à une pareille situation – ce serait une première et comme toute chose nouvelle dans la vie d’un homme, il y aurait des doutes, des erreurs et des réussites. Du moins, voyait-il la chose ainsi. Il écouta sagement le Président donner le ton à la réunion du jour et croisa les bras en soupirant. Il échangeait de temps en temps un regard avec Max, complice tout en étant sérieux, et avec les autres – histoire de percevoir dans quel état d’esprit ils pouvaient tous être. Certains semblaient excités à l’idée de se battre pour reprendre le contrôle de la ville. D’autres semblaient sceptiques. Et enfin, il y avait les définitivement contre. « Je suis allé discuter avec Maria, après tout, c’est sa famille qui a été victime, hier soir, des Sinaola, et j’ai pensé qu’elle serait l’une des mieux placés pour savoir ce qui doit être fait, ou pas, ce qui doit être vengé ou non. Et par qui. » Il acquiesça pour lui-même, approuvant l’initiative de son ami et frère. Il avait d’ailleurs pensé aller parler à Maria également, mais Max lui avait signalé qu’il était déjà devant chez elle. Il sourit lorsque Max indiqua qu’il n’avait pas fini de parler – il ne supportait pas qu’on l’interrompe, et encore moins sur un sujet aussi sérieux. Jusque-là, ils se comprenaient à la perfection et avaient exactement les mêmes idées. Ce n’était pas Zakk et Max pensent pareil car ils s’adorent, mais bien Zakk et Max pensent pareil parce qu’ils sont fidèles aux principes du club. « Si la voie de la protection et la dissuasion avait marché jusqu'à présent, alors on n'aurait pas cette réunion et tout irait bien, sérieusement les mecs, on est bien vu par les citoyens mais on est devenu des guignols, on attend quoi ? que ça nous tombe directement dessus, que l'un de nous se fasse buter ? Moi je suis pour une manière plus radicale, je demande pas la guerilla mais juste qu'on arrête de nous prendre pour des mecs passifs et égoïstes, cette ville c'est la nôtre, le président l'a dit à l'instant. » Au moins, il était clair que Jordy et Max ne seraient d’accord sur ce que devait faire le club. L’un défendait les principes du club et le fait qu’ils n’avaient pas besoin d’emprunter la mauvaise voie pour affronter les mexicains. L’autre en avait marre qu’on se fasse bananer comme des couillons par des mexicains. L’un et l’autre avaient des arguments de taille, et Zakk se surprit à comprendre chaque point de vue. Il lança des regards vers Asher et Tyler, histoire de voir de quel côté ils pencheraient, mais il fut incapable de le dire. « Et vous proposez quoi au juste ? Qu’on débarque chez eux et qu’on hausse la voix l’air pas content ? « Dégagez de notre territoire, vous êtes ici chez nous bande d’enculés ! » » imita-t-il d’une voix de guerrier. « Le club a mis des années à s’imposer en ville, à se faire respecter et – putain quand même – à se faire apprécier. La plupart des gens viennent vers nous quand ils ont un souci, même les flics nous sollicitent … vous êtes prêts à risquer tout ce en quoi on croit, notre liberté, sous prétexte qu’on passe pour des cons ? » quelques murmures encourageants, quelques murmures agacés. Le vote serait partagé, c’était certain. « Faut pas être né de la dernière pluie pour comprendre que ces enfoirés ont sucé les bonnes queues pour se pavaner comme ils le font. Lesquelles ? Ça, je n’en sais fichtre rien mais peut-être bien qu’il faut commencer par là avant de déclarer une guerre qu’on n’est pas même pas certain de pouvoir mener… Quoi ? J’ai pas raison ? » ajoute-t-il les bras ouverts pour appuyer ses dires. Ils n’avaient pas du tout l’étoffe d’une armée. Et c’était peut-être bien cela qu’il n’avait pas vu venir. « Justement. Peut-être bien qu’il nous faudrait nous préparer pour la guerre. » Il ne put que regarder le Président sans mot dire, ébahi par sa déclaration.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lastroadtohell.1fr1.net/t319-zakk-dixon-travis-fimmel-cro
Invité
Invité


MessageSujet: Re: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   Mer 4 Mai - 21:50

Tyler buvait littéralement les paroles du président et quand celui-ci termina sa tirade, il sut qu'un membre allait rapidement prendre le relais. Il n'allait pas le faire, pas pour le moment. Non pas qu'il n'aimait pas prendre la parole dans les réunions, parfois il était de bon conseil mais là il savait que ce n'était pas à son tour. Des personnes avaient sûrement plus de choses à dire à ce sujet que lui. Alors il attendit patiemment parcourant l’assemblée du regard. Il ne fut pas surpris d’entendre Max parler après que celui-ci ai tiré deux bouffées sur sa cigarette. Il l’avait vaguement observé et son envie de prendre la parole était évidente, comme si des mots avaient été ancrés en lui et qu’il n’arrivait plus à les contenir.

« Je suis allé discuter avec Maria, après tout, c’est sa famille qui a été victime, hier soir, des Sinaola, et j’ai pensé qu’elle serait l’une des mieux placés pour savoir ce qui doit être fait, ou pas, ce qui doit être vengé ou non. Et par qui. »

Quand il entendit ça il fut ébahi. Il devait être un des seuls en ville et dans les alentours à n’avoir pas eu vent de cette affaire. Sa cuite d’hier et sa journée passée dans le coltard au plus profond de sa couette avait été probablement pour quelque chose. Mais finalement cela ne l’étonnait pas, ce n’était pas le premier méfait public qu’avait commis les Sinaloa en dehors du trafic de drogue et des sombres affaires de prostitution dont tout le monde en savait la teneur. Maria n’avait donc pas été la première à en subir les méfaits mais cette fois cela touchait directement Max et donc le club tout entier. Cela expliquait certainement la décision du président à ordonner cette réunion.

« Maria voudrait que ça se règle avec les autorités qui ont le pouvoir légal de faire quelque chose. Elle ne veut pas d’une guerilla en plein Edgewood pour venger sa nièce. Et moi non plus, je n’en veux pas. On a des flics ici, nous sommes en bons termes avec eux, et à l’heure actuelle nous sommes bien vus par la population. Qui sait ce qu’il adviendra si nous nous en mêlons trop ? J’ai eu toute la journée pour réfléchir, et personnellement, plus que la vengeance, la protection, la dissuasion, me paraissent être les meilleures choses à appliquer. »

Alors c’était donc ça que pensait Max ? Tyler avait été souvent en accord avec lui, il le respectait et l’appréciait grandement mais là il ne le comprenait pas. La situation devenait totalement ingérable ce n’était plus une question de bien se faire voir aux yeux du grand public, de ne pas choquer les personnes qui avaient accepté le gang en ville. C’était totalement vrai, du temps s’était écoulé avant que la police, les citoyens d’Edgewood acceptent les crowbar. Un gang qui débarquait en ville, même si celui-ci n’avait jamais trempé dans l’illégalité, suscitait toujours la défiance des personnes. Et ça Tyler ne pouvait que le comprendre. Mais là… La situation était critique et depuis quelques temps il savait qu’ils devaient intervenir. Lui aussi avait longtemps réfléchi, avait pesé le pour et le contre, avait retourné le problème dans  tous les sens pour essayé de trouver une autre alternative. Mais il n’y en avait pas. Ils étaient au pied du mur, au bord d’un précipice, un gouffre sans fond, un engrenage de violence. Compter sur la police en une pareille situation était totalement inutile et ça le biker en était convaincu. Tout le monde savait pour les malfaisances des Sinaloa, même la police, surtout eux d’ailleurs,  mais pourtant personne ne s’était décidé à réagir. Car réagir c’était mettre un pas dans l’anarchie, risquer la guerre civile et c’était sûrement pour ça que les Crowbar jusqu’à là n’avait jamais décidé de répondre aux aussi, que Max réfutait encore la voie de la violence. Mais il fallait bien que quelqu’un se salisse les mains, quitte à mettre les pieds dans une merde noire.

-Si la voie de la protection et la dissuasion aurait marché jusqu'à présent, alors on aurait pas cette réunion et tout irait bien, sérieusement les mecs, on est bien vu par les citoyen mais on est devenu des guignols, on attend quoi? que ça nous tombe directement dessus, que l'un de nous se fasse buter? Moi je suis pour une manière plus radicale, je demande pas la guerilla mais juste qu'on arrête de nous prendre pour des mecs passifs et égoistes, cette ville c'est la nôtre, le président l'a dit à l'instant.

Enfin quelqu’un mettait les mots sur ce que ressentait Tyler et cela provenait de Jordy. Et même s’il était rassuré qu’au moins un de ces camarades partage son opinion, cela signifiait cependant un désaccord à venir et d’innombrables palabres. Cependant Tyler savait que ses compagnons étaient assez réfléchis pour ne pas créer un conflit car après tout ils étaient tous liées comme les doigts de la main et même si cela risquait de prendre du temps ils arriveraient à déboucher sur un accord, peu importe la teneur. Et Tyler savait qu’il respecterait et les autres membres respecteraient la décision même si cela pouvait aller en l’encontre de ses principes. Il voulut enchérir pour soutenir la position de son collègue mais Zakk ne lui laissa pas le temps.

« Et vous proposez quoi au juste ? Qu’on débarque chez eux et qu’on hausse la voix l’air pas content ? « Dégagez de notre territoire, vous êtes ici chez nous bande d’enculés ! Le club a mis des années à s’imposer en ville, à se faire respecter et – putain quand même – à se faire apprécier. La plupart des gens viennent vers nous quand ils ont un souci, même les flics nous sollicitent … vous êtes prêts à risquer tout ce en quoi on croit, notre liberté, sous prétexte qu’on passe pour des cons ? »

Zakk continua sa tirade et une fois qu’il eut fini, Tyler entendit les mots du président, des mots qui semblèrent provoquer l’ébahissement de Zakk et des autres biker présent dans la salle. Lui aussi n’en revenait pas. Il pensait que même si le président avait été à l’origine de la réunion, lui aussi aurait choisi la sûreté. Après tout c’était lui qui s’était battu pendant tant d’années pour que le club rentre dans les mœurs de la ville… Et pourtant il semblait soutenir la voie de la révolte alors Tyler appuyé par cette sorte de soutien inattendu décida de prendre la parole après avoir longuement fixé de ses yeux marrons Max, Zakk et Jordy.

«  Vous me connaissez tous bien depuis le temps que je suis ici. J’ai toujours essayé de suivre la voie de la raison malgré mes soucis personnels. J’ai toujours essayé de ne pas prendre des décisions hâtives. J’ai toujours été partant du pacifisme. J’ai toujours soutenu le club quant à sa décision d’éviter  de sombrer dans l’illégalité. Mais là je ne peux qu’être en accord avec Jordy. Ce club, cette ville, c’est toute ma vie, c’est toute la vie de  ceux qui sont présents ici, tous sans exception et justement je pense que c’est pour ça qu’on devrait réagir. Bordel la situation est critique, cette nouvelle agression ne fait que le confirmer. Je comprends que c’est très difficile à prendre comme décision, qu’on risque de perdre gros, notre réputation, la sympathie du grand public mais l’enjeu est beaucoup trop important. Ce n’est pas simplement une question de territoire, de calme. ça va au-delà de ces considérations. Si on ne réagit pas l’équilibre entier de la ville risque d’être menacé. Vous pensez vraiment que ces salopes de chicanos vont s’arrêter à là, vous pensez vraiment qu’ils vont se contenter de faire leur petit business dans notre dos, d’agresser une ou deux personnes ? Non ce qu’ils veulent c’est prendre TOUT le contrôle de la ville, ils veulent nous asservir, ils veulent qu’on soit réduit à leur tailler des putains de pipe pour survivre, nous et les citoyens de la ville. On a jusqu’à là essayé de ne pas intervenir, de faire confiance à la police et on a vu le résultat. Maintenant ils sont plus puissants que nous, que les flics. On a les moyens de changer la donne j’en suis persuadé et je sais que vous tous au fond de vous vous le savez. Alors c’est clair que l’heure n’est plus à la discussion, qu’il ne faudra pas se contenter de leur dire de dégager de notre territoire… C’est tout simplement la guerre qu’il faudra mener. Et dans tous les cas une guerre nous tombera dessus et je préfère mieux l’avoir commencé qu’en être la victime ».

Tyler avait déversé ces mots d’une seule traite, une avalanche de mots, des mots qui s’étaient longtemps accumulés au plus profond de lui, trop longtemps. Le barrage avait cédé. Il regarda de nouveau Max, Zakk puis le président, attendant leur réaction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
member

✝ âge : 34.
✝ emploi : Propriétaire du Born to Lose.
✝ statut : Marié.

✝ rp : disponible

✝ crédit & avatar : wiise - Tom Hardy.

MessageSujet: Re: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   Dim 22 Mai - 10:47


- "Bien, ce qui est arrivé à maria est un fait, certes, elle veut que les autorités s'en occupe, certes, mais moi j'ai une question, est-ce que les autorités ont fait quoi que ce soit pour bloquer ces chiens jusqu'à présent ? Pour l'instant, j'en ai pas l'impression, le south district est infesté de cette racaille de mexicain, on est plus chez nous les gars. Ok max on est bien vu par la populace, on a toujours voulu entretenir cette réputation mais trop bons trop cons, on se fait marcher dessus." Max écoutait attentivement ce que Jordy proposait mais il secoua la tête, de façon à comprendre que c’était pas bien du tout ce qu’il proposait. Il s’alluma une clope, tout en continuant de l’écouter. Ca lui fichait la trouille d’entendre un premier avis qui allait dans la direction de la violence. Le club avait toujours évité de sombrer du côté de l’illégalité, des trafics. Une seule fois, ça avait été le cas et Max avait déjà voté contre à l’époque. Il savait trop bien que barrer la route à un cartel serait une chose sur laquelle il y aurait difficilement un retour en arrière si les choses empiraient de manière significative. A la fin de sa tirade, Jordy lui jeta un regard auquel il répondit par un bref rictus. Il savait que ce n’était pas contre lui, mais est-ce que Jordy se rendait bien compte de la merde qui allait leur tomber dessus si ils s’engageaient dans cette voie ? « Le club a mis des années à s’imposer en ville, à se faire respecter et – putain quand même – à se faire apprécier. La plupart des gens viennent vers nous quand ils ont un souci, même les flics nous sollicitent … vous êtes prêts à risquer tout ce en quoi on croit, notre liberté, sous prétexte qu’on passe pour des cons ? » Ce fut Zakk qui enchaîna, et Max n’était pas surpris par ce qu’il venait d’ajouter. Les deux allaient tomber d’accord, il le savait d’avance. Si les motos, le club, étaient leur passion et leur famille, c’était parce qu’il n’y avait rien de plus à cela. Ils ne se faisaient pas d’argent avec ça, ils se faisaient néanmoins respectés, après des années à être regardés de travers. Et pour Max, ça comptait. Ca comptait de voir les gens ne plus les juger, ne plus poser une étiquette négative sur eux, car justement il n’y avait rien de mal dans ce qu’ils faisaient. Et il ne souhaitait pas que cela change ! Les autorités feraient leur travail, chacun à sa place, et tout se passerait bien. « Faut pas être né de la dernière pluie pour comprendre que ces enfoirés ont sucé les bonnes queues pour se pavaner comme ils le font. Lesquelles ? Ça, je n’en sais fichtre rien mais peut-être bien qu’il faut commencer par là avant de déclarer une guerre qu’on n’est pas même pas certain de pouvoir mener… Quoi ? J’ai pas raison ? » Il avait totalement raison, et Max lui jeta un clin d’œil, par soutien, en recrachant la fumée de sa dernière bouffée. « Justement. Peut-être bien qu’il nous faudrait nous préparer pour la guerre. » Il tourna son regard vers le Président, et s’il l’avait pu, il l’aurait saisi par son blouson et l’aurait secoué jusqu’à ce qu’il retrouve un semblant de raison ! La guerre ? Mais de quoi parlait-il ? Ils n’avaient rien de soldats ! Qui avaient envie de se retrouver dans une guerilla en plein Edgewood, à mettre la vie de personnes en danger ? Les leurs, celles des habitants, et celles de leurs familles respectives ! Il perdait la tête ! Max sentit la colère monter en lui, mais il ne pouvait pas se laisser emporter alors que la réunion avait juste commencé. « Bordel la situation est critique, cette nouvelle agression ne fait que le confirmer. Je comprends que c’est très difficile à prendre comme décision, qu’on risque de perdre gros, notre réputation, la sympathie du grand public mais l’enjeu est beaucoup trop important. Ce n’est pas simplement une question de territoire, de calme. ça va au-delà de ces considérations. Si on ne réagit pas l’équilibre entier de la ville risque d’être menacé. Vous pensez vraiment que ces salopes de chicanos vont s’arrêter à là, vous pensez vraiment qu’ils vont se contenter de faire leur petit business dans notre dos, d’agresser une ou deux personnes ? Non ce qu’ils veulent c’est prendre TOUT le contrôle de la ville, ils veulent nous asservir, ils veulent qu’on soit réduit à leur tailler des putains de pipe pour survivre, nous et les citoyens de la ville. On a jusqu’à là essayé de ne pas intervenir, de faire confiance à la police et on a vu le résultat. Maintenant ils sont plus puissants que nous, que les flics. On a les moyens de changer la donne j’en suis persuadé et je sais que vous tous au fond de vous vous le savez. Alors c’est clair que l’heure n’est plus à la discussion, qu’il ne faudra pas se contenter de leur dire de dégager de notre territoire… C’est tout simplement la guerre qu’il faudra mener. Et dans tous les cas une guerre nous tombera dessus et je préfère mieux l’avoir commencé qu’en être la victime. » Les paroles de Tyler l’assommèrent un peu plus. Il le regarda, se demandant si vraiment, il saisissait la portée de ses mots ? Etait-il conscient de ce qu’il avançait ? Il resta silencieux encore quelques secondes, juste le temps de savoir quels mots employés pour commencer à répondre à tout ce qui avait été proposé plus tôt. « Est-ce que vous avez perdu vos esprits, les gars ? » Ce fut la première question qu’il posa, et il n’hésita pas à se tourner vers le Président pour la prononcer. « Vous êtes en train de parler d’une guerre ! Combien d’entre vous se sont engagés à l’armée ? C’est bien ce que je pensais, pas grand monde. Moi non plus, et j’ai jamais souhaité tenir une arme pour buter qui que ce soit. Ce n’est pas seulement le fait de passer pour des guignols qui compte, c’est le fait que vous parlez de vous attaquer à un cartel. Un petit cartel, soutenu par un plus gros, forcément ! C’est complètement irréaliste ce que vous proposez. Si les types sont insaisissables par la police, je peux vous assurer que le moindre faux pas de l’un d’entre nous ne passera pas inaperçu. Si eux, ont du monde pour assurer leurs arrières, faire des magouilles, nous, on a personne ! » Il haussait de plus en plus le ton et tant pis si les autres n’étaient pas d’accord, il n’allait pas fermer sa gueule pour autant. « Certains d’entre nous ont des travails, des familles, c’est mon cas, et je n’ai pas envie de mettre en péril l’un ou l’autre ! Qu’est-ce qu’il va se passer si on apprend que Max du Born to Lose a quasiment buté un chicanos hors de la ville ? Mon établissement va fermer, Louisa prendra les représailles ! C’est hors de question. Il y a d’autres solutions, la guerre en ville n’en est pas une. » Il regarda tous ses frères autour de la table. Tous n'étaient pas d'accord avec le Président, ni avec lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar   

Revenir en haut Aller en bas
 
A meeting For the destiny of Edgewood † Feat. Les membres du Crowbar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marque of Destiny
» Your Destiny || Forum RPG
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» AUSTRALIAN DESTINY & YELLOW TRICYLE :)
» Koh~Lanta Destiny Inscription !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
lastroadtohell. :: EDGEWOOD :: north district :: crowbar's club-
Sauter vers: