AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
MAJ terminée *-* Merci encore à tous pour votre fidélité <3

Partagez | 
 

 INTRIGUE - sinaola's paraiso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
mayor

✝ âge : 67
✝ emploi : maire
✝ statut : veuf

✝ crédit & avatar : clint eastwood by swan

MessageSujet: INTRIGUE - sinaola's paraiso   Sam 11 Juin - 12:37


SINAOLA'S PARAISO
Benicio, Elin & Ana


Le club n'échappe pas à la catastrophe qui débarque en ville. Les murs tremblent, le verre se brise, et la première impression qui émane de tous est qu'un tremblement de terre est en train de détruire le lieu. Mais un coup d'oeil dehors et on comprend que ce n'est qu'un prélude. La police vient juste de partir - sans avoir retrouvé ce qu'ils cherchaient au club - et Elin est restée pour mettre les choses au point avec le Président des Sinaola. Benicio se trouve à son poste, fidèle comme chaque soir ou presque, à l'entrée du club. Quant à Ana, elle n'est habituellement jamais au club - mais le check-up obligatoire pour chaque fille chaque mois l'a obligé à être présente ce jour-là. Tous trois au même endroit, au mauvais moment.

Nous ne limitons pas le nombre de lignes.
Nous proposons un ordre de passage, chacun saura quand intervenir, mais au fil du rp l'ordre peut ne plus avoir d'importance :

Citation :
- joaquin
- elin
- ana

A vos plumes  







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lastroadtohell.1fr1.net/t161-edwin-richardson-clint-eastw
Invité
Invité


MessageSujet: Re: INTRIGUE - sinaola's paraiso   Lun 27 Juin - 11:36





A storm is coming


Bonne journée, Alvarez et bonne continuation, enfoiré.
C'est ça. Anda a la concha de la lora... répond-il avec mépris et nonchalance. Allez biiieeen vous faire foutre, hein! achève-t-il à l'adresse des trois dos de poulets qui quittent les lieux.

Les poings sur les hanches, planté au milieu du bureau administratif du club littéralement mis sens dessus dessous, Benicio vrille du regard la porte par laquelle viennent de passer les trois flics et leur putain de mandat de perquisition. Ils peuvent se torcher avec ou l'utiliser comme filtre pour leurs spliffs parce qu'ils repartent bredouilles. Car quoiqu'ils cherchaient, ils ne l'ont pas trouvé ici. Les sinaolas paient grassement un brave comptable pour frelater leurs dossiers de comptabilité. Les armes se trouvant au sein du club sont toutes déclarées légalement...seules celles qui truffent les murs derrière le placo n'ont pas de numéro de série. La came ne se trouve pas non plus entre ces murs et à cette heure, les putes dorment. Les sinaolas ont tous les défauts du monde mais ils sont loin d'être cons et ils ne mettent jamais leurs oeufs dans le même panier. Une fois seul, Benicio flanque un coup de pied rageur et frustré à l'un des cartons éventrés qui déverse un flot de documents. Les feuillets ont à peine le temps de toucher le sol que le mexicain quitte le bureau en claquant la porte derrière lui. Dans la salle vide de toute présence policière ne restent que deux filles qu'il ne calcule pas dans un premier temps. Les flics sont déjà loin. Ces bâtards doivent avoir un rapport bien vide à taper et même s'ils ont affiché une mine aussi suffisante que lui, Benicio sait qu'ils ont les nerfs. Foutre la tête d'un sinaola au bout d'une pique est le rêve de tout poulet du coin. Mais ils s'imaginent quoi sérieusement...que débarquer à l'improviste avec un mandat suffirait à faire tomber le club ou l'un de ses membres? Les cons. C'est gravement sous-estimer les mexicains qui ont plus que de l'expérience en ce qui concerne le crime organisé.

A l'image de son humeur, les éléments commencent à se déchaîner à l'extérieur. La dégradation des conditions météo avait été annoncé mais visiblement, ça s'accélère en crescendo. La région est coutumière des vents violents qui se lèvent sans prévenir. La seule question qu'il y a à se poser dans ces circonstances, c'est si la tempête va se transformer en tornade ou pas. Les verres s'entrechoquent doucement dans les étagères, les bouteilles tintent et Benicio en fait taire une en s'en emparant. Posant un verre sur le comptoir, il le remplit de tequila qu'il ingurgite d'un trait. Un grondement sourd se fait entendre au loin. Tonnerre, séisme, premier bâtiment soufflé par une tornade, il n'en sait rien. Avec flegme, Benicio daigne enfin lever les yeux sur les deux filles. Elin, une avocate prête à se la jouer véreuse mais dont les desseins restent encore trop flous pour qu'il lui accorde une quelconque confiance et cette satanée Moldavan...encore sur son chemin. Son regard sombre passe de l'une à l'autre. Allez me fermer la porte au lieu de rester plantées là avec votre regard bovin. Et baissez le rideau de fer si on veut pas se faire taillader par le verre quand la vitrine volera en éclats. Tout en se servant une nouvelle tequila, il maugrée autant pour lui que pour elles. Vous êtes coincées ici avec moi jusqu'à ce que ça se calme. On va faire en sorte que ça passe bien, hum?
FICHE PAR CENTURY SEX
Revenir en haut Aller en bas
avatar
lawyer

✝ âge : 28 ans.
✝ humeur : préoccupée.
✝ emploi : avocate.
✝ statut : célibataire.

✝ rp : disponible

✝ crédit & avatar : elizabeth olsen ; heartqueen.

MessageSujet: Re: INTRIGUE - sinaola's paraiso   Mar 26 Juil - 19:44



Elle venait tout juste de faire repartir les flics, bredouilles. Ces derniers ne cessaient de chercher la petite bête et le moindre prétexte pour mettre un pied ici. A croire que c’était bien plus la curiosité que l’envie de les coffrer qui les faisait venir. Mais le président des Sinaolas lui avait fait appel, une fois de plus. Elle lui avait prouvé qu’il pouvait compter sur elle, et qu’elle disposait de contacts utiles. La jeune avocate avait en effet un carnet d’adresses bien fourni, et tous n’étaient pas Joe le clodo.
Cette petite victoire la conforte dans ses choix tandis qu’elle voit les uniformes s’éloigner, et les bourrasques de vent s’accroître. C’est alors qu’elle voit l’une de leurs filles dans un coin, en train de ranger des verres et des bouteilles derrière le bar. Celle-ci, c’est Ana Moldovan. Le président, au début de leur contrat, lui avait remis toute une liste indiquant les filles qui travaillaient pour lui. Bien sur, tout ceci restait tout à fait discret. Mais, si l’une d’entre elles se faisait bêtement interpeler, Elin devait avoir déjà lu le nom, afin de pouvoir intervenir. Elle avait donc passé une longue soirée, à regarder les photos et les noms qui s’y rapportaient, avec quelques détails sur les jeunes femmes, notamment si elles disposaient de papiers ou non, chose qui était trop importante pour être ignorée.
La jeune avocate se tourne vers la brune et s’approche de sa démarche féline. « Ils n’ont pas de femme de ménage pour ça ? » Elle a l’attention de la Roumaine. « Il me semble que ce n’est pas votre lieu de travail, ici. » Pour Ana, c’est le trottoir et les motels, et à côté, les cuisines d’un petit restaurant italien en guise de maigre couverture. Le vent s’abat violemment contre les vitres, les faisant trembler, et se glissant dans les moindres recoins le laissant filtrer. Un seul regard vers la tempête qui se lève pour en déduire qu’il va falloir attendre que cela se calme avant de pouvoir quitter les lieux. Oh God, susurre sa conscience. Un autre bruit lui parvient : Alvarez. Elle avait presque oublié qu’il était là. Le voilà à se préparer de quoi se rincer le gosier. Soudain, il relève le visage vers elle, et la brune. " Allez me fermer la porte au lieu de rester plantées là avec votre regard bovin. Et baissez le rideau de fer si on veut pas se faire taillader par le verre quand la vitrine volera en éclats." Elin arque un sourcil après avoir entendu ces paroles. Vraiment ? Et pourquoi ne lèverait-il pas son gros cul de poivrot pour aller la fermer lui-même, sa foutue porte ? Et son rideau de fer, si ça lui chante. Ses yeux de chat se tournent vers la jeune femme, l’invitant à aller le faire, car elle, elle ne bougera pas. Elle n’est pas chez elle ici, et si elle travaille pour le Président, elle ne va certainement pas pour autant s’aplatir devant ce rustre de Benicio. " Vous êtes coincées ici avec moi jusqu'à ce que ça se calme. On va faire en sorte que ça passe bien, hum? " Ah oui ? Et à quoi s’attend-il pour que cela se passe bien ? Croit-il qu’Elin va lui masser la nuque tandis qu’Ana aura la main fourrer dans son caleçon ? « Eh bien, continuez à boire si ça peut vous rendre aimable. Sinon, abstenez-vous, votre humeur a l’air d’être déjà bien entamée. » Il peut bien continuer à la regarder avec méfiance et mépris, ça ne lui fait ni chaud, ni froid. Qu’il la touche, et la douce avocate ira glisser deux mots à son supérieur qui n’appréciera surement pas. Un craquement énorme se fait entendre, et la lumière faiblit par deux fois, les plongeant instantanément dans une obscurité oppressante durant un fragment de seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
sinaola girl

✝ âge : 27.
✝ emploi : Officiellement, cuisinière au Rital - Officieusement, prostituée pour les Sinaola.
✝ statut : Célibataire.

✝ rp : disponible

✝ crédit & avatar : Alicia Vikander, shadows.

MessageSujet: Re: INTRIGUE - sinaola's paraiso   Sam 30 Juil - 11:29


SINAOLA'S PARAISO
Benicio, Elin & Ana


On l’avait appelé de bonne heure ce matin-là pour qu’elle vienne directement au club. Elle avait hésité avant de répondre et de demander pour quelles raisons. Elle n’était pas habituée à venir au Sinaola’s Paraiso. Elle n’était venue qu’une seule fois à vrai dire – le jour où elle avait confronté le Patron pour qu’il ne s’approche pas de son frère. Depuis, ses lieux de rendez-vous étaient toujours dans des ruelles sombres avant de l’emmener directement au Devil’s Hive. Elle tenait à sa vie privée – à savoir garder son job au Rital et garder sa fierté auprès des siens, si l’on peut dire. La chance qu’elle avait eue dans son malheur était que Martinez souhaitait qu’elle garde sa vie et son quotidien. Qu’elle continue à cuisiner pour le Rital, qu’elle continue à fréquenter ses amis. Qu’elle continue de vivre comme avant… excepté qu’elle était leur propriété à présent et devait écarter les cuisses quand ils lui demandaient. Pourquoi la faire venir aujourd’hui ? Elle l’ignorait. Et elle n’obtiendrait sans doute pas de réponse dans l’immédiat. L’arrivée des flics l’avait mise mal à l’aise. Si on la reconnaissait, elle était foutue. S’il s’était agi de Gabriel ou de l’Adjoint du Sheriff, sa vie aurait sans doute été bousculée. Ils avaient beau savoir tous les deux ce qu’elle faisait, ce face-à-face aurait changé beaucoup de choses et aurait rendu son statut officiel. Et à ses yeux, la différence entre « savoir sans voir » et « être témoin de » était trop importante pour ne pas la faire paniquer. Heureusement, elle avait pu se faire très discrète, et n’avait croisé aucun regard soupçonneux. Elle avait gardé pour elle l’espoir qu’ils trouvent quelque chose de compromettant au club, quelque chose qui puisse les faire arrêter – et la libérer. Elle avait croisé fort les doigts pour qu’ils mettent la main sur quelque chose d’énorme, de tellement énorme, les Sinaola n’auraient pas pu échapper à la prison. Mais c’était mal connaitre ces enfoirés. Bien sûr qu’ils avaient tout prévu. Bien sûr qu’ils étaient préparés à ce genre de descente. Bien sûr qu’ils n’étaient pas novices et stupides. Inconsciemment, elle s’était mise à ranger le bar que l’on avait laissé légèrement en désordre – la peur de la présence des flics sans doute. « Ils n’ont pas de femme de ménage pour ça ? » entend-elle alors, sursautant légèrement. Elle avait pensé être seule. Seule dans son monde ou seule dans cette pièce, peu importait. Personne ne lui adressait la parole ici, sauf Esteban ou Benicio. Elle n’avait aperçu la jeune femme blonde que trop peu de fois. Mais elle avait retenu l’essentiel. Une avocate. Une avocate qui protégeait son pire ennemi. Son bourreau. Une avocate qui n’avait pas peur de se salir les mains. Ana la méprisait pour cela. Elle n’aurait jamais pensé qu’une femme puisse concevoir la prostitution et tout ce qui allait avec – le viol, les coups, la violence et la débauche. « Non. Ce n’est pas mon lieu de travail », répond-elle sans en dire plus. Son lieu de travail était le Rital. Si elle ne pouvait pas se rebeller contre ses patrons, elle n’avait pas envie de se rabaisser devant cette femme.

La conversation aurait pu se poursuivre, sans doute, si Benicio n’était pas intervenu pour les secouer légèrement. Elle reconnaissait bien là son ton autoritaire. Ce qui la surprit le plus, c’était qu’il s’adressait à elles deux. Qu’il lui parle ainsi, c’était habituel. Qu’il parle ainsi à leur avocate, c’était une première. Peut-être avait-il déjà trop bu ? Ou peut-être bien que la fouille dont ils avaient été victimes l’avait affecté plus que nécessaire ? Peu importait au fond. Ana échangea un regard avec Elin Martins, et comprit clairement que l’avocate n’était pas la larbine et ne ferait pas ce que son « client » lui demandait. Pendant une fraction de secondes, elle l’admira et l’envia. Elle aussi aurait adoré envoyer balader Benicio Alvarez. Mais elle se dirigea vers l’entrée, sans doute trop désabusée et abîmée par la vie pour se rebeller et pour s’en sortir. Un regard à travers la vitre lui indiqua qu’elle devait plus craindre la folie de l’extérieur plutôt que le fait d’être enfermée ici. Elle posa son doigt sur le bouton pour fermer ce rideau de fer dont il parlait – tout en apercevant des voitures et des gens courir dans tous les sens. « On pourrait peut-être abriter quelques personnes ? » ose-t-elle demander. « Ce n’est pas une simple tempête… » dit-elle en apercevant des toits d’immeubles voler en éclat au loin. Elle est incapable de fermer, et incapable de bouger. Est-ce la peur ? Est-ce un besoin irrésistible de se mettre en danger ? Est-ce une échappatoire qui s’offre à elle ?







Darkness becomes me
Because horror on Earth is real and it is every day. It is like a flower or like the sun; it cannot be contained – silver lungs & Alice Sebold, The Lovely Bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lastroadtohell.1fr1.net/t130-ana-moldavan-alicia-vikander
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: INTRIGUE - sinaola's paraiso   

Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE - sinaola's paraiso
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
lastroadtohell. :: EDGEWOOD :: around :: sinaola's paraíso-
Sauter vers: